La Distillation du mois  : Le Genévrier Cade !

La Distillation du mois : Le Genévrier Cade !

Une huile essentielle qui gagne à être connue !

QUESTION DISTI

Y-a-t-il un lien entre genévrier et Gin ?

A/ oui c’est avec les baies du Genévrier Cade que l’on “parfume” par infusion ou par macération l’alcool distillé qui donnera le gin

B/ oui c’est avec les baies du Genévrier Commun que l’on “parfume” par infusion ou par macération l’alcool distillé qui donnera le gin

C/ Non, aucun lien entre les deux : le gin est un alcool transparent et la baie de genièvre est bleue !

Découvrir la réponse

Côté Histoire

Que d’histoires autour du Genévrier cade !

Tout d’abord nous vous présentons un des aînés de la famille : entre Uzès et Alès, le Genévrier Cade de Castelnau Valence se dresse sur le bord d’un chemin forestier non loin du Château.

Le genévrier est un arbre à croissance lente et celui-ci mesure environ 12 mètres de hauteur. Ce qui le rend bien plus haut que la plupart de ses congénères dans la région. D’aucuns disent que cet arbre remarquable est à Castelnau Valence depuis plus de 1 000 ans. Et il aurait même abrité sous ses branches des réunions de camisards. Plus sérieusement, les spécialistes estiment qu’il pourrait être âgé de 600 ou 700 ans. Ce qui est déjà une belle et longue vie… Classé parmi les Arbres Remarquables, il apparaît sur cette carte interactive, dressée par la bien-nommée association A.R.B.R.E. C’est-à-dire Arbres Remarquables : Bilan, Recherche, Etude, et Sauvegarde. Bien nommée vous disait-on !

Après les chemins forestiers et la garrigue, passons aux fulgurances du business Made in America au début du XXe siècle. Lors d’un passage en France, Michaël Winburn, homme d’affaires new-yorkais et porteur d’un eczéma résistant à tout traitement, acheta chez un pharmacien un baume à base d’huile de cade. Impressionné par les résultats quasi immédiats, Michaël décide d’aller plus loin. Il s’associe avec Louis Nathan, le pharmacien, et travaille sur l’élaboration d’un savon à base d’huile de cade ! Et ce, dans l’idée de pouvoir en faire profiter le plus grand nombre. En 1912, le savon Cadum est lancé ! En ce début de siècle où l’hygiène, surtout dans les villes, est un réel problème de santé publique, ce produit accessible à tous rencontre un vrai succès. Et l’histoire fit le reste. La marque Cadum produit toujours aujourd’hui des savons et des shampoings accessibles à tous.

Connu depuis longtemps comme un puissant antiseptique, son bois était auparavant employé en fumigation dans les maisons et les lieux publics lors des épidémies.
Autrement son bois très dur et quasiment imputrescible fut utilisé longtemps pour des pièces de menuiseries et la sculpture de petits ouvrages (pipes, crayons, etc.).

Côté Distillation

Attention cependant, car il y a une profonde différence entre huile essentielle de Genévrier cade et huile de Cade vraie (celle du savon Cadum).

Tout d’abord ce ne sont pas les mêmes procédés de fabrication. L’essentielle est obtenue par vapo-distillation des rameaux. A Bel Air nous récoltons les rameaux, mâles et femelles, nous les tassons dans le vase de l’alambic et nous le fermons. Puis la vapeur d’eau se chargera de récupérer les précieuses molécules aromatiques composant l’huile essentielle.

Pour la vraie, plusieurs techniques existent, passant quoi qu’il arrive par la combustion du bois. Auparavant, on utilisait les « fours à cade » qu’on trouve encore dans les garrigues provençales. Là où poussait le genévrier cade, on construisait de grands fours cylindriques en pierre. Le bois y était lentement consumé et on récupérait l’huile dans la partie basse du four. Aujourd’hui des procédés industriels ont été mis au point et ces fours ont été délaissés. Sa fabrication passe néanmoins toujours par la combustion du bois.

Pour certaines vertus en commun, leurs usages diffèrent. La vraie est aujourd’hui surtout utilisée dans le monde agricole et plus particulièrement pour protéger les sabots des chevaux et des ânes. L’essentielle est plus souvent présente dans les cosmétiques (savons et shampoings) en raison de ses vertus antiparasitaires et antiseptiques.

Pour vous y retrouver entre tous ces cades, soyons simples ! A Bel Air, nous vous proposons uniquement de l’huile essentielle !

Oui mais commun ou cade ? Et bien les deux !

Vous pouvez consulter leurs fiches sur notre aromaguide : par ici pour la fiche du cade et par là pour la fiche du commun

Côté Boutique, vous pouvez commander directement votre flacon d’huile essentielle de genévrier cade et même celui d’huile essentielle de genévrier commun !

Côté Botanique

Son nom complet est Juniperus oxycedrus. Il s’agit d’un arbre de la famille des Cupressaceae. Comme tant d’autres plantes habillant les garrigues autour de Bel Air, le Genévrier Cade se plaît sur le pourtour méditerranéen. De la France jusqu’en Iran, en passant par le Maroc, cet arbre est parfois décrit comme un arbrisseau ! Et pour cause : ayant une croissance très lente, la majorité de ceux que vous verrez dépassent rarement les 2 ou 3 mètres de hauteur.

Le Genévrier cade est un arbre à l’écorce grise ou rougeâtre, plutôt rugueuse. Son feuillage est persistant et se présente sous formes d’aiguilles à pointe fine et piquante « tatouée » de deux lignes blanches verticales. C’est d’ailleurs le meilleur moyen de le différencier de son cousin le Genévrier commun, dont les aiguilles ne présentent qu’une seule ligne blanche.

Et autre moyen de faire la différence : le commun préfère le froid et l’altitude, le cade se plaît sur les terrains chauds et ensoleillés !

Ses fruits, appelés cônes mâles et cônes femelles, se développent sur des plantes séparées. Tout comme l’arbre, les fruits prennent leur temps et arrivent à maturité au bout de 2 voire 3 ans.

Voici d’ailleurs une dernière astuce pour différencier les 2 genévriers : le genévrier cade produit des fruits beaucoup plus gros que le commun. Leur couleur va du jaune pâle pour les mâles au brun foncé pour les femelles. Le genévrier commun arbore lui des baies de petite taille et de couleur bleue, allant jusqu’au noir une fois séchées.

Et oui les fameuses baies de genièvre, utilisées en cuisine bien sûr ! Et qui sont aussi l’ingrédient de base pour la fabrication… du gin !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.