La distillation du mois : la Verveine Odorante

La distillation du mois : la Verveine Odorante

Une verveine, deux verveines : quelle verveine ?

QUESTION BOTANIQUE

La Verveine odorante est aussi appelée :

A/ Verveine exotique

B/ Verveine citronnée

C/ Verveine officinale

Voir la réponse

CÔTÉ HISTOIRE

Le mot “Verveine” correspond au latin classique “verbenae”, qui désigne des rameaux d’olivier, de laurier ou de myrte, portés en couronne par les prêtres lors des sacrifices. La Verveine odorante a plusieurs noms d’usage : Verveine Citronnée ou encore Verveine citronnelle !

Elle a été introduite en Europe à la fin du XVIIIe siècle, importée du Pérou par le naturaliste français M. Dombay.
L’histoire raconte que ce dernier eut beaucoup de mal à l’implanter en Europe. Et pour cause, un seul de ses pieds a survécu au voyage du retour !

Elle a immédiatement connu beaucoup de succès, que ce soit comme composant dans les pots-pourris jusqu’à son usage dans les préparations médicinales de l’époque.

Cette plante a eu plusieurs noms botaniques ces derniers siècles et a aujourd’hui encore plusieurs noms vernaculaires, autrement dit, noms d’usage… Comment s’y retrouver ?

Son ancien nom botanique en latin est celui-ci : Lippia citrodora
Le genre botanique “Lippia” a été nommé ainsi au XVIIe siècle en hommage au botaniste italien Augusto Lippi, qui a décrit plus d’une centaine d’espèces de plantes. Citrodora pour son parfum d’agrume reconnaissable entre tous.

Aujourd’hui son nom botanique officiel est celui-ci : Aloysia triphylla. Elle reste toujours classée dans la famille des Verbénacées.

Verveine odorante, verveine exotique, verveine officinale ?

Si la verveine odorante est aujourd’hui couramment utilisée, elle est à distinguer de la verveine officinale (Verbena officinalis). Issues toutes les deux de la même famille végétale, la verveine officinale a un parfum très discret et n’a pas tout à fait les mêmes propriétés. Autre confusion possible : la verveine exotique, aussi appelée Litsée citronnée. Son nom latin : Litsea cubeba Persoon. Celle-ci appartient à une autre famille botanique, celle des Lauraceae.

La solution pour vous y retrouver ? Toujours vérifier le nom latin de la plante sur le flacon d’huile essentielle. Et par ailleurs, lorsque le nom latin est affiché, vous vous assurez également que cette huile essentielle a bien été chémotypée. C’est-à-dire qu’un échantillon a bien été envoyé au laboratoire pour une analyse appelée chromatographie gazeuse. Une analyse qui permet de connaître précisément le profil biochimique de l’huile.

CÔTÉ BOTANIQUE

Originaire des pays de la Cordillère des Andes, elle s’est bien acclimaté en Europe. Elle est majoritairement cultivée dans les pays du bassin méditerranéen et en Amérique du Sud.

La Verveine, c’est un petit arbuste à tiges ligneuses et ramifiées. Elle peut atteindre jusqu’à 2 m de haut en fonction de son biotope et de la façon dont elle est taillée. Les tiges portent des feuilles lancéolées et verticillées par 3 ou parfois par 4.

De couleur vert pâle, les feuilles dévoilent une nervure marquée et des glandes huileuses sur leur face inférieure. Rêches au toucher, elles diffusent un doux parfum citronné quand on les froisse. Les petites fleurs blanchâtre à mauve pâle, sont groupées en épis terminaux d’une dizaine de cm de long et disposées en corolles étoilées à 5 lobes. Les feuilles sont récoltées à la fin de la belle saison entre mi-juillet et mi-octobre après la floraison.

CÔTÉ DISTILLATION

La bonne nouvelle pour nos distillateurs, c’est qu’elle peut se récolter 2 fois : en été et au début de l’automne ! Ce qui permet d’avoir deux distillateurs avec un même nombre de plants. Il faut savoir que la Verveine, comme la Camomille Noble ou l’Hélichryse italienne (ou immortelle), produit de très faibles rendements lors de sa distillation.

Pour 1 kg d’huile essentielle, il faut distiller environ 7 000 kg de rameaux de verveine !
En comparaison, si on distille 7 000 kg de lavandin, on obtient environ 270 kg d’huile essentielle. Dame nature n’a certes pas doté toutes les plantes à part égale.

Découvrez comment utiliser cette huile essentielle de Verveine odorante, autrement appelée Verveine citronnée, en consultant sa Fiche AromaGuide rédigée par Philippe Banel, aromathérapeute expert.

Vous pouvez également découvrir nos produits bios et 100% naturels sur notre boutique en ligne.

 

SOURCES

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/639101/tab/taxo

https://www.futura-sciences.com/maison/dossiers/jardinage-incontournables-plantes-aromatiques-1891/page/21/

https://jardinage.lemonde.fr/dossier-299-verveine-citronnelle.html https://reporterre.net/Stress-anxiete-depression-Cultivez-la-verveine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.